Chapi Montagne

07 mai 2016

Une rencontre sympathique

2016-05-07 13

Les Grandes Suites : La voix du silence, ED-/7a/145m

Réalisé avec Gilberto

PHOTOS

Tous les copains sont en week-end loin d'Annecy. Il a y quelques semaines, j'avais tenté d'organiser une excursion dans le sud mais Lorraine et les enfants n'avaient pas envie de bouger et les copains allaient trop loin à mon goût. Je me rabats donc sur le forum de c2c pour trouver un camarade de cordée pour une sortie. Je trouve alors l'annonce de Gilberto, un grimpeur du Sud un poil provocateur avec les savoyards. Je décide d'y répondre et nous prenons rendez-vous pour grimper aux grandes suites. Gilberto est un fort grimpeur (qui travaille dans le 7b+) mais qui pratique peu souvent la grande voie. Je me plonge donc dans le topo des grandes suites pour trouver une voie d'un niveau acceptable pour lui, mais pas trop dur pour moi, et qui soit bien protégée. De nombreux commentaires sur c2c alertent sur la vétusté de l'équipement des grandes voies classiques. Je ne souviens de cela, mais cela fait 15 ans que je n'ai pas fait de grande voie aux grandes suites. Finalement je propose « la vie d'artiste », un itinéraire en 6c+.

Le samedi, je retrouve Gilberto sur le parking de la poste de Veyrier vers 11h. Nous avons préféré partir en deuxième partie de journée pour avoir du soleil dans la voie qui est exposée Ouest. Gilberto ne connaît pas le coin, je joue alors un peu au guide touristique en nommant toutes les falaises du lac d'Annecy et les beaux itinéraires de grimpe. C'est agréable de présenter une région que l'on aime. 

2016-05-07 16

Arrivé au pied de la voie, je pars en premier dans un 5b pour rejoindre la vire donnant accès à toutes les grandes voies du coin. J’atteins le câble servant de main courante puis fais relai là où il me semble être le départ de notre voie. Gilberto me rejoint. Je propose de grimper la longueur suivante qui est censée être un 6a+ ; car après les côtes montent à 6c+ et je préfère laisser Gilberto s'y amuser. Les premiers mètres sont un peu coriaces, mais je passe. Puis je viens butter sous un passage légèrement surplombant où je ne trouve aucun mouvement qui ressemble à du 6a! Déconcerté, je suis obligé de stopper. Je fais plusieurs tentatives sous le surplomb avant de pouvoir atteindre la broche suivante et je dis "ce n'est pas du 6a". Gilberto sort alors le topo et m'annonce une bonne nouvelle "on s'est trompé de voie, tu es dans un 7a". Ouf! Mon ego de grimpeur est rassuré, je ne suis pas en galère dans un 6a, mais maintenant je transpire à l'idée de poursuivre dans cette voie. Gilberto m’indique que la ligne à ma gauche est en 6b+. Je bifurque dedans, d'autant plus que c'est un joli dièdre et que j'aime ça. J'atteins le relai en grimpant beaucoup plus sereinement que dans la première partie. Gilberto me rejoint et nous faisons un point. Nous sommes dans la voix du silence ED-/7a. J’ai tellement regardé de photos des voies sur c2c que j’ai confondu le départ de notre voie avec celle-ci. Je passe vraiment pour un rigolo !

Gilberto reste zen. Pas souci pour lui de poursuivre dans cette voie, il est largement au-dessus du niveau et nous avons le temps. En plus, cela semble bien équipé. Il prend la suite pour une courte longueur en 5b afin d’atteindre le relai sous le 7a. Je le rejoins et il repart à nouveau. Vu d’en bas, la longueur est bien verticale. Il n’y pas de gros surplomb à passer (c’est rassurant). Gilberto doit stopper trois fois. La grimpe est technique et peu évidente à vue. Quand je grimpe en second, il y a deux pas que je n’arrive pas à enchainer. La longueur est magnifique : une section en dalle, suivit de petits mouvements de dièdre, puis une fin en dalle sur des gouttes d’eau, le tout sur un rocher très adhérent. Je prends beaucoup de plaisir dans cette partie, d’autant plus que je grimpe léger (j’ai mis le sac sur une des deux cordes). Au relai, je remercie vivement Gilberto de m’avoir permis de grimper ici. Gilberto poursuit dans un court 6c+ en surplomb qu’il passe à vue et me motive à fond avant de partir : « 6c+ dans un toit, y a que des grosses prises ». Bon, nous n’avons pas tout à fait le même concept de grosses prises. Je passe le toit en artif. Dernière longueur en 6c, Gilberto m’encourage à passer devant. J’y vais peu convaincu car j’ai mal aux pieds (j’ai pris des chaussons très techniques). Je passe le 6c en tirant presque tous les spits dans la section difficile. Ce n’est pas beau à voir. Gilberto grimpe cette longueur assez facilement. Il est 16h quand nous commençons les rappels. Voilà, une belle journée de grimpe au soleil avec une vue splendide sur le lac, pas étonnant que le site soit aussi prisé des grimpeurs. Je quitte Gilberto après avoir pris un petit verre au bord du lac, avec la ferme intention de regrimper un jour avec lui.

2016-05-07 20

De retour à la maison après cette belle escalade, nous allons diner en famille au restaurant dans le vieux Annecy. Sympa la journée ! 

Posté par fchapi à 18:26 - Escalade - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Super
    Tu commences l artif déjà !!
    Attends le Yosemite
    Cool

    Posté par Farouk, 09 mai 2016 à 20:07

Poster un commentaire