Chapi Montagne

07 septembre 2017

Une première sur coinceurs

20170907_105650

Roi de Siam : Lifting du roi, D+/5c/200m

Réalisé le 7 septembre 2017 avec Anthony

PHOTOs

Chaque année depuis 2012 lors du pont du jeûne genevois, je vais en montagne faire une jolie voie. Il fallait donc perpétuer la tradition. Anthony m’accompagne pour cette fois. Dans un premier temps, j’ai envisagé de grimper la voir Salluard à la pointe Adolphe Rey. Mais Anthony souhaite grimper en tête, et c’est sa première grande voie sur coinceurs. Alors je propose un objectif plus modeste : Le lifting du roi au Roi de Siam. C’est un itinéraire qui est sur ma liste de choses à faire depuis des années ; je l’envisageais plutôt avec Bertille.

Après avoir passé le tunnel du mont-blanc (un peu encombré par tous les Genevois qui sont en congé !), nous prenons le nouveau téléphérique de la Pointe Helbronner que je ne me lasse pas d’apprécier. Le concept de rotation de la cabine permet de profiter pleinement de la vue le massif. Arrivés, nous partons en direction du Grand Capucin. Au passage du col des flambeaux, nous arrêtons pour discuter avec un guide et un géophysicien qui sont en train de faire une image 3D du grand flambeau. Leur but est d’estimer le risque et le volume de chute de pierres. Rapidement, Anthony fait le lien avec certains de ses amis ; le monde des géophysiciens est visiblement petit.    

20170907_133556

Nous arrivons au pied de la voie vers 11h00. Il fait grand beau. Il y a juste une petite brise. Après quelques hésitations sur le départ, je me lance dans la première longueur qui ne présente aucune difficulté d’autant plus que les pas « compliqués » sont déjà protégés par des spits. Anthony me rejoint et prend la suite. Il avance moins vite ; normale quand on apprend à poser ses propres coinceurs : il faut trouver la bonne taille, une fois posé on teste toujours plusieurs fois avant de se lancer, et en plus au début, on a tendance à « surprotéger » (concept relatif selon chacun !). Je reprends la suite pour un passage en renfougne style chamoniard puis abouti sous des dalles. J’aperçois déjà le petit capucin du sommet, et me demande si on ne va pas liquider la voie en 2 temps 3 mouvements. Mais je me fais duper par la perspective…

Après deux longueurs tranquilles, c’est Anthony qui se retrouve à grimper en tête une magnifique fissure coincée dans un dièdre (5a). Il s’en sort très bien. Je reprends la suite pour une nouvelle escalade en renfougne puis sors sur le mauvais relais (pourtant il était écrit sur le topo d’aller plus haut !). Anthony rectifie la situation à son arrivée et je le rejoins. C’est lui qui se retrouve à grimper la longueur dure de la voie, un petit passage surplombant en 5c. Après un peu de recherche, il trouve la solution sur la droite (c’était aussi écrit sur le topo !). Au sommet nous profitons d’une belle vue sur la pointe Adolphe Rey et le Grand Capucin. Il est 15h30.

20170907_155647

Mis à part un petit coincement de corde dans la fissure en 5a, nous descendons les rappels en une petite heure. Il est 16h30. Vite nous nous changeons pour arriver au refuge avant la soupe. La marche sur le glacier à pas rapide ne nous empêche pas de profiter du paysage et de scruter d’un œil méfiant les habituelles grosses crevasses sous l’aiguille de Toule.  A 18h00, nous sommes au refuge. Nous profitons d’une petite bière avant le dîner. Bravo à Anthony pour sa première voie sur coinceurs!

Posté par fchapi à 17:33 - Alpinisme - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire