Chapi Montagne

02 octobre 2016

Sortie annuelle avec Steph

20161001_125341

Pollux : Traversée arête SW >> arête SE

Breithorn W : Voie normale depuis Klein Matterhorn

PHOTOS Pollux

PHOTOS Breithorn

A peu de choses près, nous aurions pu manquer notre sortie anuelle en montagne : Steph a été très occupé par la naissance de son fils, et moi, pas mal pris par le boulot et la famille. Mais nous voilà tous les deux à Zermatt pour le WE. C’est une première pour Steph qui découvre cette magnifique vallée et de nouveaux horizons fourmillants de sommets à  4000 mètres.

Notre plan du WE est, pour le premier jour, de faire la traversée de Pollux (arête Sud-Ouest vers arête Sud-Est), et en fonction du chrono et de la météo, enchaîner sur la fac nord-ouest de Castor. Pour le deuxième jour, le plan est de faire la traversée du Breithorn.

Mais la météo n’est pas très favorable et le manque d’acclimation se fait vite sentir. Et oui, c’est la magie de Zermatt, en deux tours de manivelle, on se retrouve à 3900, et les sommets à 4000 sont à deux pas. Du coup, le cœur et les poumons se demandent bien ce qu’il se passe…

Bref, sous un ciel mitigé, nous partons du Klein Matterhorn vers Pollux. Après une heure de marche, nous passons sous le bivouac Rossi Valante (là où nous dormirons le soir). Pour gagner un peu de temps, je propose de laisser un sac avec le matériel inutile (réchaud, bouffe, etc.) pour poursuivre directement sur l’ascension de Pollux. Je mets tout de même le GPS en route pour retrouver le sac au cas où. Après une petite demi-heure de marche, nous commençons à grimpe l’arête rocheuse de Pollux. Le rocher est carrément « griffé » par les crampons des très nombreux alpinistes qui sont passées par ici. Impossible de perdre la trace dans ces conditions. L’ascension est très agréable et facile, seuls les 30 derniers mètres donneront quelques sueurs froide à Steph qui emmêle sa corde et son sac dans les chaines permettant de franchir les quelques pas d’escalade plus difficiles. J’entends encore le « Je suis cuit, j’en peux plus » de Steph. Mais avec un peu d’insistance, il se laisse convaincre de poursuivre ; une belle satisfaction quand nous arrivons tous deux à la belle Madone au sommet de l’arête rocheuse. Nous poursuivons jusqu’au sommet, et hop, un 4000 de plus dans la poche !  Quelques photos, et nous ne nous attardons pas. La météo tourne au mauvais temps : gros vent et brouillard. La descente de l’arête sud-est n’est pas très jolie. Le caillou est pourri… Arrivé au col entre Pollux et Castor, nous sommes dans le brouillard complet et sans repère. Heureusement, l’altimètre et le GPS sont là pour m’aider. Mais sans aucune trace devant nous, j’avance avec grande prudence pour éviter de tomber dans une crevasse. Je retrouve notre sac de matériel (soulagement), et nous rejoignons (encore à l’aveugle) le bivouac Rossi.

20161002_103515

20161002_103528

Après une bonne nuit, couché 20h - réveil 6h30 (j’ai rarement aussi bien dormi en montagne), nous partons vers la voie normale du Breithorn. L’idée de faire la traversée a été abandonnée, Steph manque d’énergie, et il a un gros mal au dos au réveil. Nous partons sous une météo très maussade : gros vent et brouillard. A l’approche du sommet, une éclaircie inespérée nous permet d’admirer le paysage. Pendant un court instant, l’envie de poursuivre sur le deuxième sommet du Breithorn me titille, mais je reste sage. Steph a gravi le sommet à une belle allure, mais, il doit prendre son avion à Genève le soir même. Je préfère profiter d’un bon moment, que de courir comme un fou à plus de 4000. Et puis comme ça, on aura le temps de manger un bon Rösti à Zermatt ! 

Posté par fchapi à 14:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire