Chapi Montagne

22 mai 2016

Ça fait plaisir.

2016-05-22 13

Arête du Sapey - Pointe S : Octopussy, ED-/6c/200m

Réalisé le 22 mai 2016 avec Nico.

PHOTOS 

Après une fracture à la malléole, Nico a retrouvé assez de forces pour me proposer une sortie en grande voie. Je suis content de le retrouver en forme et qu’il pense à moi pour une sortie. Peu sûr de sa capacité physique, il me laisse choisir la voie et, pour une fois, se contente d’un 6c max. Je lui propose alors Octopossy au Sapey, une grande ligne classique du secteur qui a visiblement été rééquipée. Nico l’a déjà faite, mais accepte. J’espère aussi croiser Philippe qui va également grimper sur ce secteur (ce qui ne sera pas le cas).

Je retrouve donc Nico à 8h30 au parking du crêt. Lors de la marche d’approche, je lui raconte mes déboires du dernier stage au CRET. Amicalement, il me rassure sur mes chances de passer le proba, mais bon je sais que j’ai encore du boulot. J’apprends aussi comment il s’est blessé, encore un accident idiot comme toujours (à Cogne).

Nous attaquons la voie à 9h30. Nico, bien motivé, part en premier dans L1 un 6a+ en traversée ascendante à droite qui tire bien les bras. Malgré son manque de pratique, il n’a pas tellement perdu en technique. Il avance comme un chat. Moi, je grimpe cette longueur en gros pataud. Après une petite transition, je poursuis dans L2 un 6b avec un pas dur où je suis obligé de m’y prendre à deux fois. Le reste de la longueur est très sympa et surtout super bien protégée. Nico prend le relais dans L3 un 6b+ avec un pas dur où il faut trouver un basculement d’équilibre sur deux petites prises de main. J’enchaîne cette longueur en second. Je poursuis dans L4 un autre 6b+ avec deux pas durs où je me fais piéger. Je m’en veux, car ce n’est pas une question de force, mais seulement de trouver les bons placements sur l’instant et d’y croire. La longueur est superbe : pas dalles, placements, petites prises avec équilibre et gros bacs pour soulager les transitions. Nico enchaîne sur L5 un autre 6b+, là aussi splendide. Cette longueur commence par le passage d’un toit, puis suit une double fissure à la chamoniarde avec un pas physique en Dulfer et termine dans les cannelures. J’enchaîne cette longueur en second. Puis s’offre à moi, L6 un dièdre. Je suis super content, car j’adore ça. Mais trop confiant, je pose un pied hasardeux sur une prise poussiéreuse, le pied zippe et je chute. Là, je m’en veux vraiment. Cette longueur devait être un simple moment de plaisir. Nico poursuit dans L7, un 6c dans une goulotte creusée dans le calcaire. La grimpe est essentiellement en adhérence et opposition. Nico passe comme un chef. De mon côté, je bute sur un pas après mettre mis dans une position délicate. Dommage, car ce 6c était vraiment à ma portée. La dernière longueur est un 6c+. Nico semble bien motivé pour y aller (en plus, il a froid) et je commence à avoir mal aux pieds. Je lui laisse la politesse. Il passe encore sans grandes difficultés et atteint le sommet. J’avoue n’avoir même pas essayé de grimper cette longueur, car les pas difficiles étant au début je craignais de me retrouver 5 mètres dans le vide sous le relais en cas de chute. Il est 14h15 quand nous attaquons la descente.   

Nous retrouvons le départ en 4 rappels, puis finissons la journée au bar pour papoter un peu de nos projets pour l’été. Encore une fois, merci à Nico pour cette belle sortie qui vaut bien les quatre étoiles du topo et qui m’a fait plaisir autant pour la grimpe que pour l’occasion de retrouver Nico. 

Posté par fchapi à 09:57 - Escalade - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire